AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cadavre exquis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Roderick Conaire
La Lumière
La Lumière
avatar

Localisation : Ronde de la Lumière
Messages : 510

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Jeu 31 Oct - 14:17

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir...
Revenir en haut Aller en bas
Mathan Gël'in
Roi de Misengris
avatar

Localisation : Misengris
Messages : 185

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Lun 4 Nov - 11:34

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que...
Revenir en haut Aller en bas
Ionos Selherand
Trappeur errant
avatar

Localisation : Partout en Eleris
Messages : 210

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Mar 5 Nov - 12:41

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer les dits conduits d'Alix Gabriel...
Revenir en haut Aller en bas
Lily Green
Lièvre de Mars
avatar

Localisation : Lorde-Gian
Messages : 526

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Jeu 7 Nov - 8:43

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :
Revenir en haut Aller en bas
Roderick Conaire
La Lumière
La Lumière
avatar

Localisation : Ronde de la Lumière
Messages : 510

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Jeu 7 Nov - 10:00

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"
Revenir en haut Aller en bas
Lily Green
Lièvre de Mars
avatar

Localisation : Lorde-Gian
Messages : 526

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Jeu 7 Nov - 10:24

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour...
Revenir en haut Aller en bas
Nyro Zalyndra
Le Vengeur
Le Vengeur
avatar

Localisation : Imprécise
Messages : 752

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Mar 12 Nov - 11:13

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz.
Revenir en haut Aller en bas
Helios Maarkyne
Serpent de l'ombre
avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Mar 12 Nov - 11:17

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Revenir en haut Aller en bas
Nyro Zalyndra
Le Vengeur
Le Vengeur
avatar

Localisation : Imprécise
Messages : 752

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Mar 12 Nov - 11:19

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.
Revenir en haut Aller en bas
Helios Maarkyne
Serpent de l'ombre
avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Mar 12 Nov - 11:25

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.

Au même instant sur Columbleris, le forum cité dans les nuages. Abel Dewitt fut envoyé afin de récupérer Lilysabeth. Mais il y avait le térrible Cerrastock et son complice le SongVass (un cosaque volant). Et au sud de la France, deux fermiers débattaient "Hé con! Les patates ont bien poussé cette année!" "Oui mais pas les carottes!"

Mais revenons en à nos moutons, Goldorak me voyant agir ainsi tirant un laser surpuissant qui m'envoya dans l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Mathan Gël'in
Roi de Misengris
avatar

Localisation : Misengris
Messages : 185

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Ven 15 Nov - 13:01

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.

Au même instant sur Columbleris, le forum cité dans les nuages. Abel Dewitt fut envoyé afin de récupérer Lilysabeth. Mais il y avait le térrible Cerrastock et son complice le SongVass (un cosaque volant). Et au sud de la France, deux fermiers débattaient "Hé con! Les patates ont bien poussé cette année!" "Oui mais pas les carottes!"

Mais revenons en à nos moutons, Goldorak me voyant agir ainsi tirant un laser surpuissant qui m'envoya dans l'espace. Sur le chemin de Saturne, je croisai un fort aimable têtard de Bételgeuse, très occupé à mettre la misère à Chtulhu à Guitar Hero. En me voyant, ils...
Revenir en haut Aller en bas
Helios Maarkyne
Serpent de l'ombre
avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Ven 15 Nov - 14:12

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.

Au même instant sur Columbleris, le forum cité dans les nuages. Abel Dewitt fut envoyé afin de récupérer Lilysabeth. Mais il y avait le térrible Cerrastock et son complice le SongVass (un cosaque volant). Et au sud de la France, deux fermiers débattaient "Hé con! Les patates ont bien poussé cette année!" "Oui mais pas les carottes!"

Mais revenons en à nos moutons, Goldorak me voyant agir ainsi tirant un laser surpuissant qui m'envoya dans l'espace. Sur le chemin de Saturne, je croisai un fort aimable têtard de Bételgeuse, très occupé à mettre la misère à Chtulhu à Guitar Hero. En me voyant, ils tentèrent de m'avertir de l'arrivée du sournois pingouin terroriste qui fonça vers moi, de la dynamite à la main et s'écria :"Hallahouakbaaaaaar!"
Revenir en haut Aller en bas
Shemrïe Da'Xian

avatar

Localisation : Lorde-Gian
Messages : 166

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Lun 18 Nov - 19:03

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.

Au même instant sur Columbleris, le forum cité dans les nuages. Abel Dewitt fut envoyé afin de récupérer Lilysabeth. Mais il y avait le térrible Cerrastock et son complice le SongVass (un cosaque volant). Et au sud de la France, deux fermiers débattaient "Hé con! Les patates ont bien poussé cette année!" "Oui mais pas les carottes!"

Mais revenons en à nos moutons, Goldorak me voyant agir ainsi tirant un laser surpuissant qui m'envoya dans l'espace. Sur le chemin de Saturne, je croisai un fort aimable têtard de Bételgeuse, très occupé à mettre la misère à Chtulhu à Guitar Hero. En me voyant, ils tentèrent de m'avertir de l'arrivée du sournois pingouin terroriste qui fonça vers moi, de la dynamite à la main et s'écria :"Hallahouakbaaaaaar!" Hélas, je ne le vis point et je ne dus ma survie qu'à un charmant petit elfe blond qui passait par là et auquel j'entrepris de botter le fondement jusqu'à qu'il absorbe la dynamique. Tout ceci n'ayant, une fois de plus, aucun sens, je me réveillai soudain dans mon lit et...
Revenir en haut Aller en bas
Nyro Zalyndra
Le Vengeur
Le Vengeur
avatar

Localisation : Imprécise
Messages : 752

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Lun 18 Nov - 20:43

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.

Au même instant sur Columbleris, le forum cité dans les nuages. Abel Dewitt fut envoyé afin de récupérer Lilysabeth. Mais il y avait le térrible Cerrastock et son complice le SongVass (un cosaque volant). Et au sud de la France, deux fermiers débattaient "Hé con! Les patates ont bien poussé cette année!" "Oui mais pas les carottes!"

Mais revenons en à nos moutons, Goldorak me voyant agir ainsi tirant un laser surpuissant qui m'envoya dans l'espace. Sur le chemin de Saturne, je croisai un fort aimable têtard de Bételgeuse, très occupé à mettre la misère à Chtulhu à Guitar Hero. En me voyant, ils tentèrent de m'avertir de l'arrivée du sournois pingouin terroriste qui fonça vers moi, de la dynamite à la main et s'écria :"Hallahouakbaaaaaar!" Hélas, je ne le vis point et je ne dus ma survie qu'à un charmant petit elfe blond qui passait par là et auquel j'entrepris de botter le fondement jusqu'à qu'il absorbe la dynamique. Tout ceci n'ayant, une fois de plus, aucun sens, je me réveillai soudain dans mon lit et tripotant jusqu'à la gueuse, je tamponna un laser qui lui fit...
Revenir en haut Aller en bas
Mathan Gël'in
Roi de Misengris
avatar

Localisation : Misengris
Messages : 185

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Mar 19 Nov - 8:08

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.

Au même instant sur Columbleris, le forum cité dans les nuages. Abel Dewitt fut envoyé afin de récupérer Lilysabeth. Mais il y avait le térrible Cerrastock et son complice le SongVass (un cosaque volant). Et au sud de la France, deux fermiers débattaient "Hé con! Les patates ont bien poussé cette année!" "Oui mais pas les carottes!"

Mais revenons en à nos moutons, Goldorak me voyant agir ainsi tirant un laser surpuissant qui m'envoya dans l'espace. Sur le chemin de Saturne, je croisai un fort aimable têtard de Bételgeuse, très occupé à mettre la misère à Chtulhu à Guitar Hero. En me voyant, ils tentèrent de m'avertir de l'arrivée du sournois pingouin terroriste qui fonça vers moi, de la dynamite à la main et s'écria :"Hallahouakbaaaaaar!" Hélas, je ne le vis point et je ne dus ma survie qu'à un charmant petit elfe blond qui passait par là et auquel j'entrepris de botter le fondement jusqu'à qu'il absorbe la dynamique. Tout ceci n'ayant, une fois de plus, aucun sens, je me réveillai soudain dans mon lit et tripotant jusqu'à la gueuse, je tamponna un laser qui lui fit éclater le melon de ma tante, laquelle arrivant furieuse en poussant...
Revenir en haut Aller en bas
Nyro Zalyndra
Le Vengeur
Le Vengeur
avatar

Localisation : Imprécise
Messages : 752

MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   Mer 27 Nov - 8:15

C'est par une nuit ensoleillée que je vins à tamponner par hasard les lunettes de l'aubergiste qui s'était pris pour un trompettiste mais celui-ci était malheureusement un autiste, un bigre pianiste ayant la tuberculose. Beuglant tout son saoul que je n'étais qu'un maraud et un fieffé coquin, il vint à poser sur mes fesses sa main, ce qui fit aussitôt réagir mon gourdin aussi ferme qu'une baguette de pain. Sans crier gare, je le lui abattis prestement sur ses divines dunes cabossées et dont les plantes germent encore. Cependant sa tendre furieuse débarqua céans voulant se rejoindre à la partie elle hurla allez-y en tartinant son pain de mie. Je trouvais lors que j'étais tombé parmi de bien vils gueux et décidai sitôt qu'il me faillait réagir rapido rapido ! Je leur fit comprendre la magie que possédait ma grosse baguette et elles en furent tout de suite charmées des lors que je découvris que l'aubergiste était en réalité un canard affamé qu'un croûton de pain tentait bien. Je décidais donc de fourrer le miens pour le sortir fariner, malheureusement s'y trouvait des grumeaux il me fallait alors trouver un petit panier pour les en retirer et les jeter aux pieds de cette bande de foutriquets. Après cela, une vieille femme borgne prenant appui sur une canne tordue arriva subitement pour me dire que la sodomie procure du plaisir, ce dont je ne doutais point. Néanmoins, étant fort à la bourre avec toute ces singeries, je pris la fuite par un trou de souris pour me retrouver tantôt devant les moulins. Je dérobais alors quelques miches de pain qui éclatèrent en une farandole de toasts au fromage volant, qui atterrirent séant et sans plus tarder dans la bouche bavante d'une chienne venant de s'abreuver devais-je le retirer ? Ma foi peut-être pas car l'animal mécontent me réclama un cure-dent et manqua de faire couler un filet de bave au vent. Arriva ensuite Superman tout juste revenu du champ de course où il venait de perdre ses collant et qui brandit Mama Odile se grattant l'oreille avec un énorme god michet vibrant au rythme de la mélodie "Babe" de Justin bieber le dieu de toutes pucelles effarouchées.

"Or ça ! m'écriais-je haut et court. Vous êtes des fous et des empaffés !"

Et je me saisis à la volée du sabre d'Obi-Wan pour transpercer une courgette irradiée et myope comme un balrog. De ce fait, j'avais maintenant mon dîner et je pus le manger en la charmante compagnie de Roselyne Bachelot qui s’étouffa alors avec un Kaki plutôt riquiqui, m'enfin qui était Kaki quand même ! Et comme c'est vachement bon les kakis, et ben je récupérai celui-ci pour chanter :

" QUI A DU CACA KAKI COLLER AU PTIT CUL COLLER AU PTIT CUL COOLLER AU PTIT CUL QUI A DU CACA KAKI COLLE.. "

Et je me retrouvai bientôt fort marri de n'avoir point avec moi le public adéquat. Je m'en allai donc vers ma chambre pour enfin trouver le repos mais par mégarde, je chutai dans un trou du plafond avec le pot aux roses et me retrouvai ainsi comme un Winnie, la patte prise au piège dans le pot qui m'avala d'une traite en lâchant un gros mot. Ouvrant les yeux dans ce n'importe quoi, je vis Coco Lapin en train de me faire la morale et l'attrapai aussitôt pour le bouffer en kebab parce que j'avais grand faim. Suite à quoi, le jour se leva et avec ma lui ma bouche affamée qui se jeta sur une plante verte enturbannée qui passait par là. Elle glapit vivement tout en suppliant de la laisser partir car elle devait retourner chez elle et étendre son linge. Surpris, je me dis que j'avais complètement oublié d'aller acheter de nouveaux joints d'étanchéité pour conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu pour réparer lesdits conduits d'Alix Gabriel mais ce n'est qu'une fois les objets en question à la main que je me rendis compte à quel point tout cela était dépourvu de sens. Je me mis donc à hurler :

"I'M A BANANAAAA !! I'M A BANNAAAA!! I'M A BANANAAAA !!"

Et sur ces bonnes paroles, je mis le feu à mon caleçon fusée pour l'infini et au-delàààààààà ! En imitant à la perfection ce vieux Buzz. Mais je ne pu remarquer qu'un chasseur de primes cow-boy bisexuel me traquait afin qu'il puisse s'acheter des cupcakes. Avec un accent Texan à couper au couteau, il s'élança en s'écriant: YipiiiKaïheeyyyy!
Je me servis de lui comme baleine afin de faire bouillir une chaussette et ce fut avec tournevis qu'il paru gonflé.

Au même instant sur Columbleris, le forum cité dans les nuages. Abel Dewitt fut envoyé afin de récupérer Lilysabeth. Mais il y avait le térrible Cerrastock et son complice le SongVass (un cosaque volant). Et au sud de la France, deux fermiers débattaient "Hé con! Les patates ont bien poussé cette année!" "Oui mais pas les carottes!"

Mais revenons en à nos moutons, Goldorak me voyant agir ainsi tirant un laser surpuissant qui m'envoya dans l'espace. Sur le chemin de Saturne, je croisai un fort aimable têtard de Bételgeuse, très occupé à mettre la misère à Chtulhu à Guitar Hero. En me voyant, ils tentèrent de m'avertir de l'arrivée du sournois pingouin terroriste qui fonça vers moi, de la dynamite à la main et s'écria :"Hallahouakbaaaaaar!" Hélas, je ne le vis point et je ne dus ma survie qu'à un charmant petit elfe blond qui passait par là et auquel j'entrepris de botter le fondement jusqu'à qu'il absorbe la dynamique. Tout ceci n'ayant, une fois de plus, aucun sens, je me réveillai soudain dans mon lit et tripotant jusqu'à la gueuse, je tamponna un laser qui lui fit éclater le melon de ma tante, laquelle arrivant furieuse en poussant un phare qui vint s'écraser sur ma pustule étant...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cadavre exquis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cadavre exquis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Le cadavre exquis
» Cadavre exquis
» Un Cadavre Exquis
» Cadavre exquis vidéo
» Cadavre Exquis [récit à faire vivre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dimension parallèle :: • Antre des membres :: • Zone des plaisirs-
Sauter vers: