AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les bienfaits du hasard (PV Valentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Green
Lièvre de Mars
avatar

Localisation : Lorde-Gian
Messages : 526

MessageSujet: Les bienfaits du hasard (PV Valentine]   Dim 14 Juil - 10:13

C’est un petit coin tranquille dans la Ville Haute. Enfin, aussi tranquille qu’on peut l’être dans la foire perpétuelle du quartier des Artisans mais bon, c’est un coin que j’aime bien, quoi. Dans une large ruelle encombrée descendant vers le port, un petit renfoncement dans le muret qui ceint les hauteurs de la ville et nous permet d’apprécier le paysage sans avoir peur de se casser la gueule en contrebas. Ces temps-ci, j’y vais souvent pour profiter de la vue sur les quais animés, la baie de Lorde-Gian et le goulet plus étroit qui la sépare de la mer. C’est surtout ce morceau-là qui me fait réfléchir…

J’ai eu l’idée il y a quelques delums, en rentrant du chantier de la Sotnia. Même si je pourrais mater les hommes de Vassili des heures entières quand ils filent un coup de main aux maçons et aux ouvriers, faut bien que je mange, que je dorme et que j’écume autant que possible la section architecture de la bibliothèque. Bref, je peux pas passer tout mon temps dans les collines et c’est un soir en revenant vers mon « logement étudiant » près des Ecoles que je suis passé par ici, pour changer un peu, et que j’ai découvert cette vue sur le port. Au début ça m’a pas fait grand-chose. Moi qui ne sais pas nager, je me demande bien comment on peut être assez cinglé pour passer sa vie sur la flotte dans une coquille de noix, aussi grande et pleine de mâts soit-elle. Mais de fil en aiguille, j’en suis venu à regarder les gens, les bateaux, les quais et à me demander pourquoi il n’y avait pas de phare dans le port. En même temps, c’est vrai que ça servirait à rien de le mettre dans la baie, la moitié des navires ne le verraient pas depuis la mer à cause de la falaise qui bouche la vue. En pleine mer, ce serait plus jouable mais un phare sur un caillou au large, ça n’indique pas plus que ça l’entrée du goulet pour accéder au port, difficile d’accès à cause des récifs embusqués sous les vagues. C’est pour ça que les capitaines attendent les premières lueurs de l’aube pour gagner la baie, sinon c’est un coup à se vautrer sur les rochers, éventrer la coque, perdre toute la cargaison et, avec un peu de poisse, à se faire saigner par des naufrageurs planqués dans les récifs. Ouais, faut vraiment être con pour faire ce métier. Ou alors il faudrait construire le phare à flan de falaise, pour qu’on le voit bien de partout. A flan de falaise… Hé, mais c’est pas idiot, ça…

C’est ce que je me suis dit sur le moment et, dès que j’ai réalisé qu’en fait c’était carrément faisable, je me suis rué à l’assaut de la bibli. Au prix d’une réduction drastique de mon temps de sommeil, j’ai donc passé plusieurs lums à réfléchir à ce projet tout en supervisant le chantier de la Sotnia. Passons sur le fait que je me suis endormi dans mon assiette plus souvent qu’à mon tour. En un peu plus de trois delums, j’avais des plans, coupes et élévations d’une éventuelle construction et même le début d’une petite maquette. Oui, seulement le début parce que sans cette invention bénie des dieux qu’est le pistolet à colle, bah c’est beaucoup plus laborieux. Enfin, s’il n’y avait eu que ça, je me serais pas plaint. Le problème, c’est que d’une part tous les maîtres architectes de l’Ecole ne sont pas emballés par le projet (trop Supérieure, ces arches. Nous ne sommes pas à Misengris, Sieur Green…) et d’autre part, je n’ai pas le moindre sou vaillant pour poser ne serait-ce qu’une pierre sur ce chantier. Pour ça, il m’aurait fallu l’appui de cette bande de vioques, qui m’auraient introduit auprès de riches mécènes attentifs à la chose, et tout le toutim. Là, je suis un peu coincé. Je pourrais bien demander une audience au roi pour financer le projet mais on le rencontre pas comme ça le bougre même avec un statut particulier comme le mien, sans compter que ça fait une paye que j’ai plus remis les pieds au château. Au pire, je pourrais aller me prostituer auprès des armateurs et des riches marchands qui ont pignon sur rue dans le port. Pour sûr, ça les intéresserait de minimiser les risques de naufrages et de voir les cargaisons déchargées avant l’ouverture des marchés. Mais là encore, aussi cool soit l’idée, je peux pas faire irruption dans leur bureau avec mes maquettes et mes plans sans risquer d’être jeté à la porte dans la minute. Bref, c’est pas demain la veille que je vais le construire, mon phare. Enfin, mes phares. Deux tours jumelles marquant l’entrée de la baie.

Appuyé contre mon bout de mur, je resserre le col de mon vieux sweat à capuche et oreilles de lapin, que je ne remets plus que rarement pour ne pas trop l'abîmer, et je baisse les yeux sur le petit croquis (le douzième ce delum) que j’ai commencé. De chaque côté du goulet, des contreforts massifs qui semblent émerger de la falaise soutiennent les arches et les élévations aériennes de deux tours fines, chacune surmontée de son minaret où brillerait le feu. Des porteuses de lumières, solides et délicates, puissantes et légères à la fois. Parce que depuis le temps que j’y vis, je trouve que Lorde-Gian ressemble à ça. Un mélange étrange de simplicité brute et de raffinement subtil, qui donne une force gracieuse à l’ensemble, sa ville et ses habitants. J’ai voulu le transmettre dans un projet novateur, peut-être un peu mégalo certes mais pas dénué d’intérêt j’en suis certain. Je crois que c’est ça qu’on n’a pas aimé dans mon idée. J’ai encore un poil trop d’avance, je veux trop faire parler la pierre et dire des choses qui ne plaisent pas à tout le monde. Un peu trop Supérieur ? Mais, si j’ai bien appris mon histoire élerienne, c’est eux qui ont fondé Lorde-Gian. Même si ses habitants ont su trouvé leur identité propre et leur indépendance, on leur doit un petit peu, non ? En tout cas, je ne pense pas que ce soit une bonne chose d’évincer leur origine comme ça. Et puis en plus merde, c’est super joli, ce qu’ils font…

J’en suis donc là à rêver devant la jolie vue du port, en imaginant mon œuvre dressée contre la falaise. Aaah, si j’étais riche… Ou si seulement je connaissais quelqu’un de riche. Riche et influent. Qui aimerait bien mon projet. De préférence un homme, pas trop vieux, beau, sexy,  ouvert d’esprit et pas que de ça, d’ailleurs. Ouais, ça serait tip-top. Ptain, j’suis pas prêt de les voir, mes tours. C’est alors qu’un son inhabituel me tire de mes pensées. Baissant les yeux, j’aperçois la luxueuse aumônière brodée de perles et de fils d’argent qui vient de tomber sur le pavé quasiment à mes pieds, lestée par le poids de nombreux Mirs cliquetant à l’intérieur. Oh purée ! Mon souhait a été entendu ? Vite, vite, il est où mon riche homo sexy ?! Ramassant la bourse, je scrute la foule du regard, moins épaisse alors que la journée tire vers sa fin. En fait de riche homo sexy, je crois plutôt que l’aumônière appartient à une jeune dame à la silhouette gracieuse moulée dans la seule robe dont le standing corresponde à celui de l’objet, qui remonte la rue. Ma feuille et ma mine de plomb toujours à la main, je trottine à sa suite.

« Madame ! Vous oubliez quelque chose d’important, là ! »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Les bienfaits du hasard (PV Valentine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quentin Valentine in da place!
» AGS Editor Valentine Edition
» Macro: Dire une bêtise, oui ! Mais au hasard
» Au hasard du net O.Mevel sur Direct 8
» [achat] homme lézard (comme par hasard^^)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville haute-
Sauter vers: